Le mONDE dEs ARTS 

Le mONDE dEs ARTS

Marcel Gromaire : " Etude de femme endormie " 1927 - © ADAGPMaurice Le Scouëzec : " Mère et enfant " ©James Ensor  © ADAGPJean Michel Basquiat ©Anne-Louis Girodet : " Scène du Déluge " (détail) - Huile sur toile 165 x 134 cm - © Musée Girodet -  MontargisJoan Miró © ADAGP " Pour approcher le spirituel en art,
on fera usage aussi peu que possible
de la réalité, parce que la réalité
est opposée au spirituel."

Piet Mondrian.

Rechercher sur
Le mONDE dEs ARTS

Pour nous écrire
Le mONDE dEs ARTS

Et pour vous,
qu'est ce que l'art ?

votre avis
sur ce site
en cliquant ici

 

.
ACCUEIL| EXPOSITIONS | GALERIES | LIVRES D'ARTS | OBJETS D'ARTS | ARCHIVES | VIDEOS | RECHERCHE

|| EXPOS PARIS et ILE DE FRANCE || EXPOS FRANCE et REGIONS || EXPOS AUTOUR DU MONDE
||
|| ARTS, HISTOIRE, PATRIMOINE ||




Musées de
Paris & d' Ile de France

Musées de France

Musées du Monde

Galeries de
Paris & Ile de France


Galeries en régions

Galeries du monde

Galerie
Le Monde des Arts


Livres d'Arts

Objets d'Arts

Archives

Vidéos

Recherche



Le mONDE dEs ARTS

Plan du site

Qui sommes-nous

Régie Publicité

Bannières

Pour être tenu informé des expositions et
des événements artistiques
adressez-nous
votre E-Mail ci-dessous


S'abonner
Se désabonner

Merci !

Pour nous écrire
Le mONDE dEs ARTS

Et pour vous,
qu'est ce que l'art ?

  
PUBLICITE
------







¤¤¤¤¤

PUBLICITE
------









¤¤¤¤¤

PUBLICITE
------










¤¤¤¤¤


 
¤¤¤¤¤
puce4.gif (512 octets)
votez pour ce site
en cliquant ici
Merci !


.PUBLICITE
------

Librairie
Des Idees Livres

Librairie Livres en Lignes

¤¤¤¤¤

http://www.lemondedesarts.com

WebAnalytics

  HENRI-EDMOND CROSS
(1856 - 1910)

Henri-Edmond Cross


Maximilien Luce :" Portrait de Henri-Edmond Cross" - Huile sur Toile 1898 - © ADAGP

" Portrait de Henri-Edmond Cross "
par Maximilien Luce
Huile sur Toile 1898

© ADAGP


Henri-Edmond Cross (1856-1910) fait la connaissance de Seurat et de Signac en 1884 au Salon des Artistes Indépendants. L’année de la disparition prématurée de Seurat (1891), il expose son premier tableau divisionniste, et marque ainsi son ralliement au groupe des néo-impressionnistes. 

Comme eux, il accorda une attention particulière au dessin. Si Seurat, Luce et Angrand affectionnèrent plus spécialement le crayon, le fusain ou le pastel, Petitjean et Rysselberghe témoignèrent de leur intérêt pour l’aquarelle, mais Signac et Cross, eux, « l’aimèrent passionnément et y trouvèrent un mode d’expression dans lequel ils excellèrent » (Isabelle Compin).

Légère et rapide, elle leur permit de s’affranchir des règles strictes de l’élaboration du tableau pointilliste.
« Je me repose de mes toiles par des essais à l’aquarelle et des esquisses en me servant de cette matière. C’est amusant. L’absolue nécessité d’être rapide, hardi, insolent même, apporte dans le travail une sorte de fièvre bienfaisante… » écrivait Cross au peintre Angrand.
Installés près de Saint-Tropez, Signac et Cross, trouvèrent dans cette technique le moyen le plus sensible pour rendre la limpidité des lumières et des paysages méditerranéens.

Cross exécuta de nombreuses aquarelles, certaines comme de simples prises de notations sur le motif, et d’autres,   plus composées. Mais il fut aussi, et c’est ce que nous fait découvrir les oeuvres graphiques du fonds Senn, un merveilleux dessinateur.
Si certaines pièces s’avèrent être des études préparatoires pour des peintures, avec parfois des mises au carreau, d’autres s’affirment comme des œuvres à part entière. Il s’agit de dessins à la mine de plomb exécutés sur un papier vergé où l’artiste joue du grain du support pour accrocher la lumière. Les sujets sont variés : personnages, paysages, mais ils peuvent également se dérober, s’estomper au gré d’un traitement tout en frottements légers du crayon et devenir une fantaisie abstraite, pleine de poésie et de mystère.

Né à Douai en 1856, Henri-Edmond Cross, de son vrai nom Henri-Edmond Delacroix prend dès l'âge de dix ans des cours de dessin à l'Ecole des Beaux Arts de Lille et a pour professeurs Carolus Duran et Alphonse Colas et plus tard à Paris, François Boivin.
Il expose pour la première fois au salon de 1881 à Paris, sous son pseudonyme "Cross", traduisant ainsi son nom de famille en anglais pour éviter toute confusion avec Eugène Delacroix.

Il fait la connaissance de Seurat et de Signac en 1884 au Salon des Artistes Indépendants. En 1891, Henri-Edmond Cross quitte le genre impressionnisme qu'il avait pratiqué jusque là, en exposant son premier tableau " divisionniste", marquant ainsi son attachement à la démarche de Seurat, l'année même de sa disparition. Il rompt avec une esthétique de dix ans et adopte avec enthousiasme celle du groupe qui animait le Salon des Indépendants (manifestation dont il fut l'un des initiateurs dès 1884). Il présente ainsi sur les cimaises du Salon des Indépendants le portrait divisionniste de sa femme. Il choisit alors de vivre en grande partie de l'année dans le Var, à Saint-Clair au Lavandou.

Il s'engage politiquement et devient également un sympathisant des idées anarchistes de l'époque.
Sa santé s'altère alors et l'accable avec des troubles rhumatismaux et oculaires. Il fait alors un séjour en Italie où il découvre les oeuvres de Tintoret et de Canaletto.

A la suite de Signac, Cross peint la Provence, et en magnifie sa beauté naturelle par des tableaux inédits et incomparables. Il se rapproche là des premières manifestations du fauvisme, dont on sent poindre en ce début du XXème siècle, l'expression d'une nouvelle harmonie chromatique, qui fera école par la suite par exemple avec  Matisse dans une oeuvre telle que " Luxe, calme et volupté ", en préfigurant ainsi l'arrivée des premiers moments de la nouvelle peinture abstraite.

C'est ainsi que Henri-Edmond Cross contribua avec ses amis néo-impressionnistes au bouleversement historique de l'histoire de la peinture, qui remit en question toutes les théories esthétiques sur l'art.

Au crépuscule de sa vie trop brève, Henri-Edmond Cross voulut visiter une nouvelle fois la Toscane avant de regagner la ville du Lavandou où il composa ses dernières œeuvres. En mai 1910, il fut tragiquement emporté à 54 ans par un cancer.



(LMDA)





Avertissement

                                    

                 © Le mONDE dEs ARTS